Disjonction acromio-claviculaire aiguë

Selon le déplacement de la clavicule, celle-ci peut nécessiter une intervention chirurgicale

Histoire de la pathologie et anatomie

articulation acromioclaviculaire dr florent baldairon chirurgie epaule bordeaux merignac

L’articulation acromio-claviculaire se trouve entre l’extrémité latérale de la clavicule à l’extrémité latérale de la scapula (omoplate).

Cette petite articulation subit d’importantes contraintes mécaniques lors de l’utilisation du membre supérieur.

Cette articulation reste stable grâce aux :

  • Ligament acromio-claviculaire
  • Ligaments coraco-claviculaires
  • Muscle trapèze
  • Muscle deltoïde

Les traumatismes intéressants l’articulation acromio-claviculaire sont fréquents.

Il peut s’agir d’un traumatisme sportif ou d’un accident de la voie publique (2 roues) avec choc direct sur le moignon de l’épaule.

Une disjonction acromio-claviculaire (ou luxation acromio-claviculaire) correspond à une lésion (élongation ou rupture) du ligament acromio-claviculaire avec atteinte ou non des ligaments coraco-claviculaires.

Plusieurs classifications existent pour différencier les disjonctions acromio-claviculaires en fonction des structures atteintes.

Ces lésions peuvent être aigues (< 15 jours) ou chroniques (> 15 jours).

DAC dr florent baldairon chirurgie epaule bordeaux merignac

Quels sont les symptômes ?

La disjonction acromio-claviculaire occasionne dans de nombreux cas des douleurs, qui surviennent à l’utilisation du bras lors des mouvements de l’épaule et lors du lever de poids. 

Il existe également une déformation au niveau de la face supérieure de l’épaule, avec un relief plus ou moins important de la clavicule sous la peau à ce niveau.

On peut retrouver également une perte de force et une fatigabilité du bras lors des gestes répétés, à moyen et long terme, pouvant être invalidantes.

Quelles sont les possibilités thérapeutiques ?

Dans la majorité des cas, la disjonction acromio-claviculaire peut être traitée sans chirurgie ; on parle de traitement orthopédique. L’épaule sera immobilisée pendant 4 semaines dans une attelle, afin d’éviter le déplacement de la clavicule par rapport à l’omoplate, le temps que la cicatrisation des ligaments se fasse.

Dans certains cas, le déplacement de la clavicule est trop important ; sans intervention chirurgicale, les ligaments ne cicatriseront pas, ou cicatriseront avec une élongation importante, pouvant laisser persister, en plus d’une déformation de la clavicule, une gêne dans certaines activités physiques sportives ou professionnelles.

Principes du traitement NON chirurgical

Le Dr Baldairon peut vous proposer un traitement non chirurgical car la disjonction est peu déplacée.

Les bénéfices attendus de ce traitement sont :

  • la cicatrisation des ligaments, en évitant le déplacement de la clavicule.
  • la récupération des mobilités de votre épaule
  • la récupération d’une épaule indolore

Le traitement consiste en une immobilisation dans une attelle, pendant 3 semaines.

Suites de l’immobilisation :

Rééducation : Si besoin, dès la 4ème par auto-rééducation (protocole expliqué et remis au patient pour qu’il effectue quotidiennement lui-même les exercices à domiciles) et rééducation avec kinésithérapeute après la durée d’immobilisation, s’il y en a. Il faut compter habituellement en moyenne 1 à 3 mois de rééducation.

Arrêt de travail : habituellement 1 à 3 mois, selon votre profession.

Reprise de la conduite : 1 mois

Activités physiques / sports : 3 mois

Vous revoyez le Dr Baldairon en consultation à 1 mois, sauf si problème (contacter Zoé à son secrétariat au 05 33 09 51 41).

Risques :

Il existe quelques risques spécifiques à ce type de fractures.

– Le déplacement secondaire de la clavicule : pouvant nécessiter une intervention chirurgicale à distance en cas de gêne.

– Un risque de capsulite rétractile ou algodystrophie de l’épaule (enraidissement et douleur) : Cette complication ralentit la guérison de façon importante même si l’issue est le plus souvent favorable. Le délai de guérison peut alors être de 12 à 18 mois. On ne sait pas exactement d’où provient cette pathologie.

Principes du traitement chirurgical

Le Dr Baldairon peut vous proposer une prise en charge chirurgicale pour votre disjonction-acromio-claviculaire pour par plusieurs raisons : la demande fonctionnelle est importante et justifie un traitement optimal (membre dominant, travail manuel, jeune âge), cette atteinte ligamentaire est confirmée à la radiographie, vous êtes à moins de 15 jours du traumatisme, et il existe une possibilité pour les ligaments de cicatriser.

Les bénéfices attendus de l’intervention sont :

  • la sédation des douleurs
  • la réduction de sa déformation
  • la disparition de la gêne fonctionnelle pendant les activités physiques.

Le but de l’intervention est de réduire l’articulation acromio-claviculaire et de la fixer en bonne position, le temps que les ligaments cicatrisent.

Pour se faire, un endo-bouton est mis en place à travers deux tunnels creusés à travers la clavicule et le processus coracoïde.

clavicule dr florent baldairon chirurgie epaule bordeaux merignac

Les stabilisations acromio-claviculaires sont accessibles sous arthroscopie ou à ciel ouvert.

L’arthroscopie consiste à introduire une caméra miniaturisée dans l’articulation et à effectuer des gestes de réparations ou autres par des micro-incisions (chirurgie mini-invasive). Le chirurgien opère en regardant un écran de télévision et 3 points de ponction sont habituellement nécessaire pour l’introduction des différents instruments, et une incision supérieure plus large pour passer l’endo-bouton au niveau de la clavicule.

L’arthroscopie permet de faire un diagnostic complet et précis des lésions pour effectuer un traitement « à la carte », diminuer « l’agression » articulaire, limiter au maximum les risques opératoires et le préjudice esthétique, facilité et accélérer la rééducation.

Déroulement de l’intervention :

L’intervention se fait en chirurgie ambulatoire (vous rentrez à votre domicile le jour même après l’intervention), sauf si vous vivez seul(e) à domicile ou que l’anesthésiste le contre indique.

L’intervention est réalisée sous anesthésie locorégionale (dans près de 90% des cas) associée à une anesthésie générale. L’anesthésie locorégionale permet d’éviter les douleurs post-opératoire pendant une vingtaine d’heures après la chirurgie.

L’intervention se déroule en position semi-assise comme si vous étiez dans un transat.

La durée de l’intervention est d’environ 30 minutes.

Suites de l’intervention :

Pansements : à refaire 1x/semaine, et si besoin (imbibé ou décollé), par un(e) infirmier(e) à domicile.

Immobilisation : Attelle « coude au corps » pour 4 semaines, pour protéger la stabilisation.

Vous serez incité à sortir le bras de l’attelle en position allongée ou assise afin de mobiliser le coude, le poignet et les doigts. Vous serez autorisé à utiliser la main pour la lecture, pour manger ou vous habiller.

Rééducation : après l’ablation de l’attelle dès la 5ème semaine, par auto-rééducation (protocole expliqué et remis au patient pour qu’il effectue quotidiennement lui-même les exercices à domiciles) et rééducation avec kinésithérapeute. Il faut compter habituellement en moyenne 3 mois de rééducation.

Arrêt de travail : habituellement 1 à 3 mois, selon votre profession.

Reprise de la conduite : 1 mois

Activités physiques / sports : 3 à 6 mois

Vous revoyez le Dr Baldairon en consultation à 1 mois, sauf si problème (contacter Zoé à son secrétariat au 05 33 09 51 41).

Risques liés à l’intervention :

En dehors des risques liés à l’anesthésie, Il existe quelques risques spécifiques à ce type de chirurgie.

– Un risque de déplacement secondaire de la clavicule, malgré la stabilisation chirurgicale. S’il est gênant, un autre traitement chirurgical peut être envisagé.

– Un risque de fracture de la clavicule ou du processus coracoïde, pendant la création des tunnels pour placer l’endo-bouton. Cette fracture sera traitée dans le même temps par la mise en place d’une plaque vissée sur la clavicule.

– Un risque de capsulite rétractile ou algodystrophie de l’épaule (enraidissement et douleur) : Cette complication ralentit la guérison de façon importante même si l’issue est le plus souvent favorable. Le délai de guérison peut alors être de 12 à 18 mois. On ne sait pas exactement d’où provient cette pathologie.

– Un risque d’infection du site opératoire est faible mais toujours présent (2%) qui peut nécessiter une reprise chirurgicale et un traitement antibiotique prolongé.

– Un risque d’hématome ou de saignement post-opératoire.

– Les lésions cutanées et Les cicatrices inesthétiques sont extrêmement rares avec l’arthroscopie.

– Les lésions nerveuses et vasculaires sont également rares lors d’une stabilisation de la clavicule.